Les voyelles nasales en fle

Les nasales, pourquoi tant de [ɛn]? Parce que ces voyelles constituent une source de difficultés récurrentes en FLE. Elles posent de sérieux problèmes à la plupart des apprenants. La correction de ces sons est longue, exigeante et impliquante. Elle est très technique. Elle n’est pas toujours couronnée de succès. Beaucoup d’apprenants ayant une excellente connaissance du français et une bonne prononciation sont souvent trahis par leur façon de prononcer les voyelles nasales. Dans cet article, je vais envisager les erreurs les plus fréquentes, en poser le diagnostic, et commenter les procédés de remédiation suggérés. Toujours en vertu du principe selon lequel le professeur doit savoir précisément ce qu’il fait quand il applique une technique corrective. Ceci est d’autant plus nécessaire que le travail de correction demande un investissement certain de la part de l’enseignant. Il est très physique. La gestualité facilitante joue un rôle majeur. Le corps est sollicité de façon visible.

(suite…)

La phonétique, vilain petit canard de la didactique

Qualifier la phonétique de vilain petit canard de la didactique peut sembler incongru. Mais cette image est liée à la représentation que l’on se fait de cette discipline. Certains l’estiment nécessaire mais butent contre des difficultés: méthodes correctives surannées, matériel pédagogique ne se renouvelant pas, énormes difficultés dans l’amélioration la prononciation des élèves… D’autres ne voient pas l’intérêt de travailler les aspects phonétiques de la langue étudiée: perte de temps, d’énergie, c’est à l’apprenant de décider…

Cet article est une mise au point sur la situation de la phonétique corrective et de l’enseignement de la prononciation appliqués au FLE en 2014. On peut aboutir à un constat double. Si l’on est pessimiste, les raisons ne manquent pas pour incriminer cette matière et pointer le manque de résultats souvent observés. Mais l’on peut aussi avoir une vision plus optimiste et considérer que la phonétique corrective apporte un plus aux apprenants comme aux enseignants. (suite…)

La diphtongaison des voyelles en fle, comment y remédier

La diphtongaison des voyelles en français est un phénomène récurrent chez certains groupes linguistiques, les anglophones notamment. Ce phénomène consiste à produire une voyelle française avec un changement de timbre en cours d’émission. Cette erreur est persistante, délicate à éradiquer si on la néglige, toujours révélatrice d’un « accent » étranger.

L’objet de cet article est de recenser et décrire les procédés de remédiation destinés à faire disparaître la diphtongaison vocalique en français. Mais également d’en justifier la logique. Le professeur de FLE doit avoir une connaissance explicite des procédures qu’il applique en phonétique corrective. Sinon, l’incompréhension, le découragement ou l’échec sont souvent au rendez-vous. (suite…)

Pratique commentée de phonétique corrective: le son [y]

 

Soit un professeur de FLE désireux d’intervenir sur la prononciation de ses élèves mais manquant d’assurance pour se lancer. Ou échaudé à la suite d’un échec. Ou n’ayant pas forcément un bagage consistant en phonétique corrective. Comment s’y prendre ? En fait, l’enseignant doit

  • avoir un certain nombre d’informations sur ce qu’implique cette activité particulière qui consiste à « forcer » les défenses naturelles de l’apprenant pour l’amener à produire les bonnes sonorités ;
  • connaitre des procédures de correction efficaces car ayant fait leurs preuves et reposant sur un socle théorique décrit et argumenté;
  • savoir ce qu’il fait quand il applique un procédé de remédiation.

C’est ce que je me propose de traiter dans cet article en prenant le cauchemardesque son [y] comme exemple commenté.

(suite…)

L’exercice en phonétique corrective: pas si simple que ça!

Qu’est-ce qu’un exercice de phonétique corrective ? Quels aspects de la matière sonore prend-il en compte et de quelle façon ? Une réponse se trouve dans la conception même que l’on a de la phonétique corrective. Celle-ci qui peut être envisagée à plusieurs niveaux intercorrélés. Ce qui, de fait, engendre plusieurs sortes d’activités avec des degrés de complexité variés.

Cet article offre une vue d’ensemble de la problématique. Des billets ultérieurs aborderont plus précisément chacun des niveaux évoqués.

(suite…)

Pin It on Pinterest