Didactique du FLE, linguistique et disciplines contributoires

La didactique du FLE, également appelée didactique des langues et des cultures, est une discipline carrefour empruntant à maintes disciplines-ressources : sciences sociales, humaines et de la communication ; sciences du langage ; sciences psychologiques ; sciences de l’éducation. L’ensemble des Sciences Humaines et Sociales (SHS) est ainsi mis à contribution.

Les lignes suivantes permettent d’avoir une approche globale de la problématique que nous développerons dans ce blog dont une partie est consacrée à la présentation de ces disciplines et à leurs apports à l’enseignement/apprentissage du FLE.

Quelle conception de la langue en didactique du FLE?

La plupart des spécialistes se retrouve autour d’une certaine idée de l’objet langue envisagé comme instrument de communication -cf. figure ci-dessous-. Le système linguistique est activé par des processus psychologiques dans un contexte socio-culturel donné. Trois disciplines sont convoquées pour apporter des éléments de réponse au fonctionnement de l’ensemble :

  • les sciences du langage renseignent sur la constitution et le fonctionnement du  système linguistique,
  • la psychologie éclaire les processus psychologiques mis en oeuvre,
  • la sociologie informe sur maints aspects du contexte socio-culturel.

Ces trois disciplines, au delà des termes les désignant, ne sont absolument pas homogènes. Elles sont constituées par plusieurs sous-disciplines composées elles mêmes de plusieurs courants se rapportant à tel modèle et telle théorie et qui peuvent être voisins ou antagonistes. Ceci est l’une des raisons expliquant la grande hétérogénéité de l’actuelle didactique du FLE.

La langue comme outil de communication
La langue comme outil de communication

De la langue au discours, un processus d’une grande complexité.

La figure ci-après illustre le processus de production d’un discours en situation.

L’individu parlant active sa compétence, c’est-à-dire sa grammaire interne qui lui permet de produire un énoncé au terme d’un processus linguistico-cognitif particulièrement complexe.

Il a recours à sa connaissance de la langue qui,pour reprendre les mots de Saussure, est un « système de systèmes » en interaction. Ce faisant, il obéit à un ensemble de règles et de contraintes. La langue est certes l’expression de la créativité de l’humain mais tout système linguistique a des limites et des interdits.

Des traitements cognitifs en temps réel assurent le passage de l’idée à formuler en sa réalisation concrète par une production motrice se manifestant par la parole. Cette activation de la performance de l’individu est rendue possible grâce à une étape de planification linguistique intermédiaire entre le concept à formuler présent en mémoire et sa concrétisation parolière. Le produit fini est tangiblement représenté par l’énoncé produit par le locuteur et perçu puis traité par l’interlocuteur.

la langue, un système de systèmes en interaction

la langue, un système de systèmes en interaction

Si nous rapprochons ce qui vient d’être rapporté de la 1ère figure ci-dessus, nous pouvons aisément nous convaincre que la conception didactique actuelle fait de l’apprenant un être linguistiquement, psychologiquement et socialement compétent. Une très lourde responsabilité pèse sur les épaules de l’enseignant…

De la linguistique aux Sciences du Langage: une évolution très rapide.

Par convention, nous situons les débuts de la didactique « officielle » du FLE à 1960 –On parlait à l’époque de Pédagogie des Langues, le terme didactique apparaissant dans le courant des années 70-. Cette date correspond à l’ année de parution de la 1ème méthode audio-visuelle structuro-globale. Il s’agit de Voix et Images de France, méthode SGAV élaborée au CREDIF par Paul Rivenc et Petar Guberina. Pendant plus de 20 ans, thuriféraires et détracteurs du courant audio-visuel vont s’affronter autour de cette méthode ainsi que de celle publiée en 1972 par Marie-Thérèse Moget: De vive Voix.

Les auteurs de Voix et Images de France (VIF) se tournent résolument vers la linguistique structurale. C’est époque de la linguistique appliquée à l’enseignement des langues.

De nouvelles approches de l’objet langue voient le jour.dans le courant des années 60. Certains linguistes veulent désormais dépasser le caractère immanent de l’analyse structurale :  les structures sont exclusivement étudiées à l’intérieur du système linguistique ; tout ce qui relève de l’extralinguistique n’appartient pas à la linguistique. De plus, l’analyse structuraliste se fonde surtout sur des corpora de textes écrits, plus faciles à manipuler que des textes oraux (penser aux magnétophones des années 1960). Ces linguistes observent que la principale fonction d’une langue est d’assurer la communication entre les membres d’une communauté donnée. Ils souhaitent étudier les manifestations linguistiques se produisant entre des sujets réels dans des situations de communications authentiques. En d’autres termes, à côté d’une linguistique de la langue apparaissent désormais des linguistiques de la parole.  Rappelons que pour Sasussure, le père du structuralisme, la langue est un phénomène social alors que la parole est un acte individuel. La parole est l’utilisation concrète de la langue par les sujets parlants.

Un tournant se dessine dès le tout début des années 1970. Le structuralisme continue de se développer et constitue le « noyau dur » de la linguistique. Mais de nouvelles disciplines voient le jour, qui viennent s’y s’agréger. Le champ disciplinaire de la linguistique ne cesse d’évoluer et de s’élargir en quelques années. A tel point que l’appellation sciences du langage (SDL) est plus adéquate  pour tenter de rassembler toutes les disciplines étudiant la langue et la parole.

Le schéma ci-dessous est une tentative d’illustrer l’extension du champ disciplinaire des SDL avec au centre les mots clé marquant une période donnée. La didactique du FLE s’empare avec enthousiasme et avidement de toutes ces nouveautés. Si les années 60 marquent l’avènement du structuralisme, les années 70 sont dominées par le concept de communication qui est mis à toutes les sauces.

didactique-FLE-évolution_disciplines

Cette décennie est particulièrement féconde. Elle marque la consécration de l’énonciation et de la pragmatique. Les approches socio-linguistiques ont également le vent en poupe. L’apparition de nouvelles théories  linguistiques -l’analyse conversationnelle, l’analyse de discours- à la fin de cette période renforce l’intérêt des linguistes pour le discours ainsi que l’étude des comportements sociaux.

L’avènement de la  cognition qui s’impose au début des années 80 explique également l’élan de l’associationnisme qui interpelle les didacticiens. Ces derniers se tournent  dans le même temps vers l’interculturel. L’anthropologie linguistique domine la période des Approches communicatives.

La didactique du FLE au fil de son évolution met à contribution diverses disciplines avec parfois une certaine ingénuité sinon une certaine maladresse… D’où des rapports parfois passionnels, passionnés et passionnants entretenus avec des matières de référence, selon les époques et les modes didactiques successives.

Nous traiterons de ces questions dans cette partie du blog.

 

Un article reprend l’essentiel de ce texte sous un autre format, un diaporama réalisé sur l’outil en ligne Sway. Je vous invite à découvrir cette présentation en cliquant ici.

Pin It on Pinterest

Share This