Voix, enseignement, correction phonétique

La voix. Sujet sensible pour beaucoup d’enseignants. Et générateur d’angoisse, très souvent. Quel est le professeur qui n’a jamais eu d’extinction de voix ou craint de ne pouvoir assurer ses cours car il éprouvait de plus en plus de mal à parler et à faire porter sa voix? Cet article comprend deux parties. D’abord quelques remarques générales sur la voix du prof, elle constitue l’un de ses principaux outils de travail, il n’est pas certain qu’il sache s’en servir correctement. Ensuite, l’omniprésence de la voix dans le processus d’intégration phonétique en langue étrangère. Car elle est là, partout, à tout moment. Et le professeur doit bien être conscient de son impact. (suite…)

La méthode articulatoire

La méthode articulatoire et la méthode verbo tonale (MVT) sont les démarches les plus connues en phonétique corrective appliquée à une L2. Elles s’opposent dans l’histoire du fle depuis les années 60. Les partisans de l’approche articulatoire ignorent superbement (souvent au propre comme au figuré) la méthodologie MVT; les adeptes de cette dernière dénoncent régulièrement les lacunes, insuffisances et inexactitudes d’une présentation exclusivement fondée sur la description de l’activité simplifiée à outrance de quelques uns des organes intervenant dans l’activité phonatoire. Cet article prolonge une réflexion déjà entamée dans ce blog sur la pédagogie de l’enseignement de la prononciation dans l’enseignement d’une langue étrangère. Il se compose de trois parties. Tout d’abord, un rapide rappel du contexte. Ensuite, un commentaire concret de la méthode articulatoire à partir d’exemples de manuels. Enfin, un constat: la méthode articulatoire n’en est pas une, elle ne repose sur aucune méthodologie, c’est plus une approche. Celle-ci est utile en phonétique corrective appliquée au fle. Il serait dommageable de s’en priver. Mais il convient de l’utiliser à bon escient.

(suite…)

La progression phonétique

La progression phonétique est délicate à gérer pour l’apprenant comme pour l’enseignant. Si elle est effective, elle s’achoppe à des difficultés décourageantes: elle est laborieuse, passe par des moments démoralisants de stagnation, souvent de régression, alternant avec des progrès parfois difficiles à apprécier précisément. La progression suppose une évaluation. Celle-ci est éminemment subjective. Cet article traite de la façon dont l’amélioration de la compétence phonétique s’installe chez l’apprenant et de quels outils dispose le professeur pour se montrer le plus efficace possible dans ses pratiques.

(suite…)

Pin It on Pinterest