Dans la réalité des ateliers sauvages

Rédigé par Michel Billières le

Vidéo illustrant la réalité des ateliers sauvages lors desquels des étudiants du Master fle s’entrainent à pratiquer la correction phonétique avec des étudiants étrangers.

L'entrainement des ateliers pris sur le vif

En compagnie de Manon et Lucie, les deux jeunes femmes ayant témoigné de leur intérêt pour l’enseignement de la prononciation dans une récente vidéo.

L’image est de piètre qualité, le cours ayant lieu dans une salle naturellement sombre avec un faible éclairage indirect.Le son est convenable et permet de juger de la qualité du travail fourni par les deux praticiennes.

Nous sommes les témoins de ce qui se passe sur le terrain. Ce qui conduit à faire un certain nombre de remarques. Car cette vidéo saisie sur le vif est riche d’enseignements pour un formateur de formateurs. Elle illustre le cheminement habituel d’enseignants se lançant dans la pratique de la correction phonétrque.

Quelques remarques

L'enseignant

Il est sous tension. Il lui faut déceler la ou les erreurs produites par l’apprenant, poser un diagnostic et proposer un ou plusieurs procédés de remédiation. Le tout en temps réel. Nous sommes ici dans la réalité, loin d’un cours théorique où on a tout loisir pour réfléchir.

ça se passe comme ça

et ça va vite

Il adopte une attitude de sur-écoute. Car il veut tout entendre. Ce qui parfois le conduit à négliger de hiérarchiser les erreurs ou de laisser passer une erreur importante pour se concentrer sur un problème mineur. C’est très fréquent quant l’enseignant se lance en correction phonétique. La sur-écoute engendre également une fatigue auditive dont le prof a conscience. Ce qui le conduit à passer le relais à un camarade au bout de quelques minutes car il « n’entend » plus rien.

Il arrive souvent à l’enseignant d’hésiter Ai-je bien entendu ceci? Surtout quand l’apprenant commet une erreur intermédiaire: un [y] très clair proche du [i] mais n’étant tout de même pas un [i]; ou encore un timbre intermédiaire entre [ʒ] et [ʃ] quand il prononce [ʒ]… Là encore, c’est du classique dans la vraie vie. Parfois, le prof peut donner l’impression de patiner: il fait répéter plusieurs fois le même modèle sans réellement intervenir sur l’erreur.

le prof peut se sentir submergé. Et éprouve le besoin de consulter ses tableaux, jamais très loin de lui pendant le travail phonétique. Surtout dans les premiers temps. Quand il acquiert de la pratique, il délaisse ces bouées de sauvetage.

le stress de l’enseignant se manifeste souvent par un débit de parole trop rapide qu’il ne songe pas à contrôler. Parler vite n’est pas facilitant pour l’élève.

Les apprenants

Il s’agit d’étudiants volontaires du DEFLE qui ont eu la gentillesse d’accepter se se laisser filmer. Car ce n’est pas évident.

Ils ont une bonne volonté évidente. Et acceptent le travail de remédiation sans rechigner.

Ils sont bienveillants envers le prof, pardonnent volontiers ses « gaffes ».

Il y a également une vraie solidarité envers l’enseignant. On sent bien qu’ils font tous ces efforts pour eux bien sûr mais aussi pour  contribuer au succès du prof.

L’entraide intervient aussi entre eux quand l’un souffle la « bonne réponse » à son voisin.

La connivence prof/élèves est une condition sine qua non de succès

sans cette espèce de complicité passant par l'empathie et la congruence de l'enseignant, la correction phonétique peut être vouée à l'échec

Le groupe d'observateurs

constitué par les étudiants de maîtrise participant aux ateliers. Ils sont à gauche de l’écran. Le prof sur la sellette se tourne parfois vers eux pour solliciter leur avis, leur aide, leurs conseils.

Les observateurs ne sont pas passifs. Eux aussi souffrent, compatissent… et participent de la bonne humeur qui imprègne les ateliers.

Et vous entendrez les applaudissements spontanés quand un prof ou un élève réussissent une belle performance. Ceci aussi fait partie de l’ambiance. Comme quoi la correction phonétique peut se dérouler dans la bonne humeur.

Lucie et Manon en pleine action

crédit photo: Photography by: Jeshu John

http://www.designerspics.com/photographs/holy-basil-plant-tulasi/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à l'infolettre

afin de recevoir les nouveaux articles du blog

Bienvenue!

Pin It on Pinterest

Share This