Blog

Un nouveau look pour « Au son du fle »

C'est le printemps, envie de changements. Le blog adopte une nouvelle présentation. Cette mue devrait vous laisser sans voix. J'ai recherché un nouveau thème moins austère, plus visuel, offrant une navigation plus agréable. Il en existe plusieurs, très élégants a priori, proposant une foule d'options qui en font de véritables usines à gaz. Le nouveau thème du blog se nomme Galopin. C'est déjà un critère de choix :-) Il est sobre tout en étant raffiné. Il est également simple et ...

MàJ Ressources

Un nouveau lien est ajouté au menu Ressources du blog. Il est intitulé formation et donne accès à plusieurs sites institutionnels dont la consultation périodique est indispensable dès lors que l’on s’intéresse au domaine de la formation, de la didactique et de l’éducation numérique. J’ai utilisé BridgeURL qui est un agrégateur de liens en ligne. Les 9 sites sélectionnés apparaissent successivement quand on clique sur les flèches →  et ← en haut de l’écran. Pour afficher l’ensemble des liens réunis …

La place Saint-Georges dans le centre de Toulouse

La perception catégorielle des sons de parole

La catégorisation consiste en un processus permettant de regrouper des entités différentes ayant des propriétés communes au sein d’une même représentation unitaire. Nous verrons d’abord tout l’intérêt de cette opération mentale qui assure un classement des objets du monde dans des catégories générales. Cet ordonnancement permet une meilleure interaction avec l’environnement. Nous évoquerons ensuite la perception catégorielle des sons de parole. Tout individu « range » tel ou tel son dans une catégorie précise. Le principe de perception catégorielle est utile pour un professeur de langue vivante. Il permet de comprendre le phénomène de surdité phonologique en L2. Il apporte un éclairage scientifique à la métaphore du crible phonologique couramment évoquée pour le commenter.

...

La francophonie, ses opérateurs, ses acteurs

Le mois de mars est celui de la francophonie. De nombreuses manifestations sont organisées dans beaucoup de pays afin de célébrer la langue et la culture françaises, marquer  les liens d’amitié, de coopération, d’entraide entre personnes partageant la même langue et la vivant de différentes manières selon son statut et son influence dans une aire linguistique et géographique donnée. Illustrant la belle formule de Cioran: On n’habite pas un pays, on habite une langue. L’opportunité pour nous dans ce blog de verser notre écot. D’abord en évoquant les opérateurs du fle qui influencent certaines tendances de la mouvance francophone. Ensuite en revenant sur le mois de la francophonie, une excellente opportunité pour découvrir divers organismes et associations œuvrant pour la diffusion du français. Enfin en invoquant les acteurs du français qui propagent la langue et la culture au quotidien. Collecte naturellement subjective et bien entendu très incomplète, effectuée au gré de mes pérégrinations sur la Toile durant le mois de la Francofête comme il est dit au Québec.

...

La perception de la parole

La perception de  la parole constitue encore un véritable défi. Depuis une quarantaine d’années, elle est expérimentalement étudiée par des spécialistes de différentes disciplines, de divers secteurs des sciences humaines et des sciences de l’ingénieur, avec à chaque fois des enjeux très différents. Chaque discipline développe des recherches spécifiques dans divers domaines où l’on propose des études systématiques sur tel ou tel aspect du signal parolier. Les interactions entre les différents champs disciplinaires ne sont pas toujours évidentes. Elles ne permettent pas encore de brosser un tableau complet de cette éminemment complexe de processus qu’est la perception des sonorités parolières.

Parler est une activité tellement banale que l’on ne soupçonne même pas le formidable exploit cognitif que demandent la production et la réception d’un discours. En langue maternelle, lorsque nous écoutons, notre interlocuteur produit en moyenne entre 100 et 200 mots par minute. Ceci correspond à l’émission de 3 ou 4 syllabes ainsi qu’à l’actualisation de 12 à 20 phonèmes par seconde. Cela signifie que nous identifions un mot toutes les 400 millisecondes environ en allant le récupérer au sein d’un lexique mental comprenant quelques 60 000 unités pour un individu normal. Cette activité peut se poursuivre longtemps, et nous comprenons en temps réel, sans effort et sans fatigue (quoique parfois…).

La méthode verbo tonale d’intégration phonétique (MVT) repose sur le postulat qu’on reproduit mal les sonorités d’une langue étrangère car on les perçoit incorrectement. On est phonologiquement sourd aux sons de la L2. La métaphore géniale et pédagogiquement séduisante du...

Pin It on Pinterest