La langue inconnue, c’est du chinois – vidéo

Un professeur chinois qui enseigne sa langue dans le cadre du cours d’initiation à une langue nouvelle dans les formations fle est l’invité du Blog dans cet article. Comment s’y prend-il? Quelle méthode utilise-t-til? Quels snt les problèmes rencontrés par ses apprneants? Réponses en vidéo.

Auteur invité du Blog

ZHANG Guoxian

Chef du département de langue et culture chinoise
Faculté de Traduction et d'Interprétation - EII
Université de Mons - Belgigue
Docteur en Sciences psycho-pédagogiques (Université de Mons, 1991). Domaine de recherches: didactique du chinois, langue étrangère, aux francophones; méthode de correction phonétique verbo-tonale appliquée dans l'enseignement du chinois langue étrangère.

Lors du stage de verbo-tonale de Barcelone en juillet dernier, mon collègue G. ZHANG m’a accordé un entretien vidéo. Je l’ai invité à répondre aux questions suivantes:

  • Quels sont les objectifs de la classe de langue inconnue?
  • Quelle méthode utilisez-vous?
  • Pouvez-vous préciser la méthodologie que vous employez?
  • Avez-vous recours à l’écrit?
  • Comment réagissent vos élèves quand ils découvrent l’univers sonore du chinois?
  • Quelles sont les particularités sonores du chinois?
  • Quelles sont les principales difficultés de vos élèves?
  • Sur quels aspects de l’oral insistez-vous?
  • Quels procédés de verbo-tonale utilisez-vous (illustrer par des exemples).
  • Le chinois est une langue à tons. Pouvez-vous définir ce qu’est un ton? Donnez-nous quelques exemples.
  • Le verbo-tonale est-il une aide réelle pour les élèves ?
  • Comment distinguer entre les tons et la mélodie (l’intonation) dans un énoncé ?

Ses réponses dans cette vidéo:

Cet article fait suite à une autre publication du Blog dans laquelle j’évoque le journal de bord que les élèves doivent tenir quand ils suivent le cours de langue inconnue. Voyez ici.

P. Intravaia a consacré deux articles de fond sur l’importance de ce cours de classe choc. Vous les retrouvez ici et.

Source image: Pixabay

4 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

  1. Enfin pris le temps de regarder cette vidéo très inspirante ! Le témoignage m’intéressait d’autant plus que j’ai eu des cours de chinois que j’ai jugés assez catastrophiques à l’époque avec une approche traditionnelle ultra-démotivante. Niveau phonétique et travail des tons, dès qu’il y avait un soucis, on nous le faisait travailler ainsi : répétition du mot (séparé de tout contexte bien évidemment) à l’identique je ne sais combien de fois en espérant qu’on arrive à le prononcer à force. Un moyen tellement efficace pour « ouvrir » l’oreille n’est-ce pas !

    Encore pire même : on avait pas de bière pendant le cours ! 😉 Merci Michel et Guoxian. 😀

    Publié le 23 octobre 2017 à 08:39
    • Michel Billières

      Avec plaisir!

      Publié le 24 octobre 2017 à 15:03
  2. Florence Renon

    Cet entretien est vraiment très intéressant. Etant moi-même en D.U. fle , je suis en apprentissage du chinois.
    Contrairement à Fred j’ai un excellent prof . Je comprends mieux, grâce à cet article ainsi qu’à mes propres cours de chinois, phonétique et de méthodologie le « pourquoi » et les « parce que » de mes difficultés à la prononciation. Comme le dit le professeur Zhang c’est une langue très amusante mais beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Celle qui me concerne, n’est pas une méthode purement orale. Pour moi la syntaxe est assez facile, la difficulté est dans le rapport son/écriture (piyin) et ton, évidemment . Par contre, heureusement que le chinois ne m’est pas enseigné qu’en langue cible car les quelques dictées que nous fait le prof; me restent complètement absconses. Selon l’expression consacrée : pour moi, c’est du chinois. Mais j’adore ça !

    Publié le 3 décembre 2017 à 11:26
    • Michel Billières

      Le chinois est une langue agréable, il suffit de le répéter sur tous les tons 😉

      Publié le 3 décembre 2017 à 16:36

Pin It on Pinterest

Share This