Vers la rue des Marchands à Toulouse

La corporéisation de la parole, exemples d’activités

Quelques  activités de groupe autour de la corporéisation de la parole qui font prioritairement travailler sur le rythme et l’intonation en phonétique corrective du fle.

Objectif général: travail sur le rythme et l’intonation.

Il s’agit de proposer quelques activités qui se pratiquent debout en en groupe. Avec quelques idées en arrière-plan:

  • Il est beaucoup plus simple et naturel de travailler sur le éléments prosodiques en pouvant se mouvoir (et s’émouvoir) plutôt qu’en restant assis sur une chaise derrière une table dans la classe;
  • un travail collectif favorise la cohésion et la connivence au sein du groupe d’apprenants. Et une ambiance positive et détendue contribue à la réussite de l’action de correction phonétique;
  • l’humain est un imitateur naturel: produire des sons, des groupements sonores tous ensemble est au fond plus facile car on se fond dans le collectif, on est en phase avec les autres membres du groupe;
  • La  corporéisation de la parole avec des activités communes favorise en effet la mise en place d’un rythme social, collectif, qui promeut la réussite collégiale de l’activité.

Les activités d’échanges de répliques suggérées dans la suite de cet article reposent sur un principe absolu: ne jamais mettre quelqu’un en difficulté, proposer une activité trop complexe, etc.

Pour qu’elles puissent se dérouler dans de bonnes conditions, ces activités doivent avoir lieu dans une salle où le mobilier peut très rapidement être déplacé pour libérer un espace assez vaste afin qui les élèves puissent déambuler à leur aise. Et le groupe doit comprendre une quinzaine de participants; ainsi,  chacun est fréquemment. sollicité. Un atelier de phonétique corrective basé sur le principe du volontariat constitue la solution la plus adaptée, semble-t-il.

Travail de chœur.

Consigne générale

Les apprenants forment un cercle. 
Le professeur fait partie du cercle. Il participe.

Les apprenants ont tous la même posture:

  • bien campés sur leurs jambes, genoux légèrement fléchis;
  • Bras le long du corps (pas croisés, ne s’appuient pas sur un voisin, etc);
  • Tête droite, regardant normalement en face d’eux;
  • Ils sont silencieux, n’échangent pas quelques mots avec leurs voisins.

Il doit se dégager une impression générale de calme, de concentration et d’écoute bienveillante.

Schéma de travail 1

  • Un protagoniste « prend » son acolyte par le regard (aucun échange de parole, aucun geste);
  • Il se dirige vers lui, s’arrête à deux pas;
  • Il lance sa réplique;
  • L’acolyte réplique immédiatement;
  • Le protagoniste se glisse derrière l’acolyte en passant par la droite;
  • L’acolyte devient protagoniste à son tour (« prend » son acolyte par le regard (aucun échange de parole, aucun geste);
  • Quand protagoniste 2 s’éloigne vers son acolyte, protagoniste 1 prend silencieusement sa place.

Plusieurs variantes possibles à partir de ce schéma.

Variante 1

Impro sur deux répliques. Les différentes paires disent ce qui leur passe par la tête – aucune autre consigne ne leur est donnée.

Variante 2

Impro sur deux répliques. Les différentes paires disent ce qui leur passe par la tête.

Il leur est demandé de joindre le geste à la parole.

Variante 3

Récitation des répliques d’un dialogue de leçon appris par chœur en respectant ce principe d’un protagoniste allant chercher un acolyte…

On peut décider

  • de faire le dialogue dans l’ordre exact des répliques;
  • De partir et de répondre par n’importe quelle réplique du dialogue.

On peut aussi décider de lancer les répliques d’autres dialogues appris par chœur mais dans n’importe quel ordre – espace de liberté, pouvant donner lieu à des enchainements cocasses – ça peut plaire à des élèves débutants.

Pour cette variante 3, l’enseignant doit demander aux élèves de respecter la prosodie des différentes répliques qu’ils sont censés maîtriser.

Principes généraux de correction

Le prof peut procéder à une correction à la fin de l’exercice en relevant les erreurs les plus flagrantes en termes de rythme et d’intonation d’abord, de tel ou tel son éventuellement.

Si erreurs manifestes, l’enseignant peut

  • Demander leur avis aux autres membres du groupe et les inviter à produire correctement les répliques « fautives »;
  • Intervenir après, mais la correction doit impérativement se faire et de manière exigeante.

Le correcteur peut être

  • le groupe cercle collectivement;
  • Un membre du groupe cercle;
  • Le prof – il invite alors l’élève à venir au centre et corrige en joignant le geste à la parole
  • L’élève s’exécute
  • Le prof peut demander au groupe cercle de l’encourager et fait une correction où tout le monde répète ensemble…

variante 4

Travail d’impro sur un thème donné. Ce peut être autour d’un thème abordé en cours comme être complétement absurde, du style histoire d’une vieille chaussette, je suis un ermite dépressif, je hais les frites, etc

Le prof est le meneur de jeu. Il se place derrière le groupe en cercle.

  • Tourner derrière les apprenants et poser la main sur l’épaule;
  • Tant que la main est sur l’épaule, l’apprenant parle;
  • Dès que la main est ôtée de son épaule, l’apprenant devient silencieux;
  • Le meneur choisit un autre apprenant et le cycle se répète;

Pour cet exercice, on peut choisir les mêmes consignes que celles exposées ci-dessus ;

Il peut aussi servir comme exercice d’impro.

autre exercice

combien de »a » dans un « a »

  • Un élève va au centre du cercle et exprime une émotion, une sensation ou une idée en utilisant [a].
  • Tous les autres doivent imiter son mouvement et son intonation en ressentant la même chose.
  • Ils répètent la séquence 3 fois.
  • L’élève prend ensuite son successeur par le regard. Celui-ci gagne le centre du cercle.
  • Faire la même chose avec [o], [e] [i] et [u] [y] Ou une voyelle nasale.

Bien entendu, on peut faire de même avec une consonne.

Dans tous les cas, il est intéressant de faire produire des sons posant problème aux apprenants.

Lers mouvements prosodique et corporels doivent être parfaitement imités par le chœur.

Ensuite, on enchaine en élargissant l’exerce. D’un son on passe à

  • un mot
  • puis une phrase

en appliquant scrupuleusement les mêmes consignes.

autre exercice

Ronde de rythme et de mouvement

Travail de chœur

  • 
L’1 va au centre. Il exécute un mouvement quelconque, insolite ou non, accompagné d’un bruit ou d’un son, sur un rythme qu’il invente.
  • Le chœur se calque sur A.
  • A défie un membre B.
  • A passe son mouvement et son bruit à B
  • B va au centre, fait le rythme de A puis passe à son propre rythme et à son propre son.
 B défie C. etc…

Là encore, important de respecter le rythme et le mouvement donnés par le protagoniste au centre du cercle.

Rappel du principe de base: ne jamais faire quelque chose de trop complexe, trop difficile, etc.

 

Schéma de travail 2

  • Un protagoniste « prend » son acolyte par le regard (aucun échange de parole, aucun geste);
  • Il se dirige vers lui, s’arrête à deux pas;
  • Il invite l’acolyte à le rejoindre au centre du cercle;
  • Ils sont à 2 pas de distance;
  • Échange de 4 répliques, la 1ère étant lancée par le protagoniste -ou l’acolyte: à décider avant le démarrage de l’activité-;
  • Au terme de l’échange, le protagoniste rejoint le cercle et l’acolyte prend son rôle.

Une petite variante: les deux personnes sont au centre du cercle mais s’assoient -ou se mettent à genoux- pour échanger leurs répliques.

On peut retrouver ici les variantes telles que décrites ci-dessus dans le schéma de travail 1.

Travail de marche.

Principe général

Les élèves marchent librement dans l’espace classe et peuvent se rendre en n’importe quel point. L’idée étant que l’apprenant doit se sentir à l’aise en n’importe quel endroit de la classe. Et que, pour certaines activités, il soit capable de projeter sa voix afin d’arroser tout l’espace classe.

Activité 1

Deux personnes s’accrochent par le regard

  • Elles s’arrêtent;
  • l’une lance une réplique;
  • L’autre lui répond;

Les 2 personnes se quittent et le cycle se répète jusqu’à ce que le prof y mette fin.

 Activité 2

[a e i o y u]

A s’approche et s’éloigne du groupe resserré qui module un son  [a e i o y u] fort quand il s’éloigne, faible quand il s’approche, en essayant d’exprimer des sentiments, des émotions.

A évolue dans la salle.

Ensuite, le groupe fait le contraire : fort quand il s’approche, faible quand il s’éloigne.

Activité 3

Marche et phrase

  • Chacun pense à une phrase;
  • Tout le monde marche. Quand on veut, on s’approche d’un partenaire et on lui glisse sa phrase à l’oreille. Lui fait de même;
  • Il faut mémoriser les phrases des partenaires.

Au signal, on s’approche des autres pour leur murmurer leurs phrases. Ils doivent vous murmurer la vôtre.

Correction: chaque participant prononce à voix haute une phrase d’un des partenaires qu’il désigne. Correction du prof si prosodie ou son trop déformés.

Activité 4

Poser des questions

Préalable: le prof doit rappeler au groupe qu’en français, de façon canonique, la voix

  • monte quand on pose une question sans mot interrogatif: tu habites Toulouse; tu as faim; t’a déjà vu ce film?…
  • descend quand on pose une question comportant un mot interrogatif: Où allez-vous; Que fais-tu?; Tu fais quoi?;  C’est qui lui?; Combien ça coûte?..

(Au passage la voix peut monter ou descendre avec est-ce que…).

  • Le groupe déambule dans la classe. Le meneur de jeu désigne un membre par son prénom.
  • Le groupe se fige. Chacun reste à sa place. et repère la personne désignée. La désigne d’un geste de la main en disant c’est lui/elle
  • La personne désignée répond c’est moi.
  • Chaque membre du groupe pose une question à la personne désignée. En respectant le schéma canonique rappelé plus haut.
  • Quand tout le monde a posé une question, le cycle reprend.

Naturellement, il convient éventuellement de rappeler la consigne: aucune question susceptible de mettre la personne devant répondre dans l’embarras.

Précision.

Toutes les activités évoquées dans cet article ont été enregistrées dans la perspective du Mooc Pratiques de l’enseignement de la prononciation en fle annoncé pour l’automne 2018. Certaines ont été pratiquées en direct pendant  l’atelier sur la corporéisation de la parole lors des Journées d’études proposées ce weekend par l’excellente équipe du Magazine Lcff qui avait organisé l’événement dans les locaux de l’Institut Universitaire de l’Enseignement du Français langue Étrangère, dirigé par Jérémi Sauvage,  de l’université Paul-Valéry de Montpellier.

Un grand merci à tous pour l’excellence de cette manifestation.

Crédits photo + image: Pixabay

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This