Former concrètement des professeurs à la pratique de la correction de la prononciation

Un stage pratique de perfectionnement en phonétique corrective verbo-tonale s’est déroulé à Padoue la dernière semaine d’août. L’occasion de préciser la pédagogie mise en œuvre par les formateurs pour répondre aux attentes des stagiaires. Ces derniers étant des enseignants de fle utilisant déjà cette approche dans leurs classes.

Les objectifs du stage.

Ce stage d’une durée de 35h réparties sur 5 jours s’adresse à des professeurs connaissant déjà la méthode verbo-tonale et y ayant recours dans leurs pratiques de classe. Il a pour ambition de répondre à des objectifs mentionnés ici. Pour ce faire, il s’organise autour de trois séminaires qu’il convient de rappeler:

Séminaire 1: La méthodologie verbo-tonale. Fondements théoriques et méthodologiques

Objet:

Rappel des présupposés théoriques et méthodologiques du système verbo-tonal, remise à niveau et renforcement théorique des pré-requis de phonétique perceptuelle, des outils du diagnostic et des procédés particuliers de correction phonétique par la méthodologie verbo-tonale

 Contenu:

Présentation semi-magistrale des unités d’enseignement suivantes: l’importance de la prononciation, de la perception auditive et du travail phonétique; les fonctions linguistiques et pédagogiques des éléments prosodiques et corporels; l’étiologie approfondie de l’erreur phonétique; les présupposés théoriques, les origines et la définition opératoire de la méthodologie verbo- tonale appliquée au travail phonétique dans la classe de langue; les outils de base du diagnostic de l’erreur : la caractérisation du prosodisme et du phonétisme de la langue enseignée, les notions élémentaires de phonétique acoustique nécessaires à la présentation du trapèze vocalique suivant des critères acoustico-articulatoires, la présentation du tableau des consonnes suivant la tension décroissante et l’inventaire des principales lois de phonétique positionnelle et combinatoire; les procédés particuliers de correction de l’erreur phonétique et des éléments rythmico-mélodiques, illustrés par un florilège d’exemples audio et vidéos extraits de la plupart des systèmes d’erreurs les plus représentatifs des étrangers apprenant la langue étrangère ou par l’observation de quelques ateliers de correction in vivo avec des apprenants étrangers.

Séminaire 2 : Pratique verbo-tonale

Objet :

Ce séminaire est essentiellement orienté vers la formation technique du praticien verbo-tonaliste. Il vise à développer un savoir-faire artisanal permettant à l’enseignant d’appliquer simultanément l’ensemble des procédures de remédiation tout en gérant sur le long terme la compétence audio-phonatoire et rythmico-mélodique en concomitance avec l’ensemble des micro-compétences linguistiques et communicatives. Concrètement, il s’agit de maîtriser, sur le plan à la fois notionnel et pratique, toutes les étapes du dispositif de remédiation et développer la performance pédagogique de l’enseignant, en affinant son habileté à intervenir dans les productions de l’apprenant par nuancements des modèles segmentaux et suprasegmentaux et par le recours à la macro-motricité.

 Contenu :

Exercices, travaux pratiques, ateliers dirigés et séances de mise en commun.

– travail sur les éléments rythmico-mélodiques et corporels, à son propre niveau d’abord, avec les élèves ensuite ;

– exercices de discrimination auditive : reconnaissance et localisation de l’erreur et de l’optimale corrective sur le trapèze vocalique ou sur l’axe consonantique de la tension ou du point d’articulation ;

 – exercices de production des optimales correctives moyennant un entraînement préalable au nuancement des timbres vocaliques ou aux différents degrés de tension des consonnes ;

– activités de renforcement et de transfert permettant au stagiaire de se livrer à des diagnostics étiologiques des erreurs, de perfectionner et d’appliquer in vivo les procédures cumulées de correction phonétique dans le cadre de simulations avec les stagiaires à partir de modèles erronés proposés par le verbo-tonaliste ou par les enseignants étrangers désireux de parfaire leur prononciation : établissement d’un diagnostic étiologique et hiérarchisation des erreurs, énoncé des différentes étapes du (des) dispositif(s) de remédiation, mise en place et production d’un modèle optimal global pour la correction simultanée de plusieurs paramètres ; d’ateliers dirigés avec les apprenants étrangers : interventions des stagiaires suivies d’un feed-back sur le tas et de démonstrations rectificatrices par le verbo-tonaliste ; d’ateliers en sous-groupes pris en charge par les enseignants.

– séances de mise en commun ultérieure des réussites et des difficultés rencontrées.

– élaboration de fiches pédagogiques sur les systèmes d’erreurs.

Séminaire 3: Corps, prosodie et travail phonétique

 Objet:

Montrer que la production des sons de la parole met en jeu toute une macro- motricité à laquelle participent les éléments rythmico-mélodiques, eux-mêmes fortement chevillés dans des comportements kinésiques et proxémiques qui trouvent un enracinement en profondeur dans l’affectivité du sujet et son appartenance culturelle.

 Contenu:

Analyse d’échantillons et séances de synthèse.

A partir d’ateliers de démonstration vidéoscopés, observation et induction de la dynamique corporelle, des attitudes mimo-faciales et des comportements kinésiques et proxémiques qui président à la correction simultanée des caractéristiques prosodiques et phonétiques du français.

Un stage fondé sur la praxis.

Partir toujours de la pratique pour remonter vers la théorie, jamais l’inverse.

Cette idée domine tout le stage. Elle est immédiatement mise en pratique. Dès l’après midi du 1er jour, P. Intravaia rappelle au pas de charge les fondements de la verbo tonale. Pour ce faire, il s’appuie sur des enregistrements vidéo d’erreurs très variées produites par des personnes de tous horizons. Les stagiaires sont invités à diagnostiquer les erreurs décelées et commenter les pratiques remédiatrices de Pietro et/ou à proposer des procédures justifiées de correction.

L’occasion pour le formateur de rappeler ce que sont la tension, le clair/sombre, l’importance du rythme et de l’intonation, l’intérêt du geste facilitant, l’engagement corporel nécessaire à la production des sonorités parolières. L’intérêt aussi de le faire concrètement en s’appuyant sur des faits réels. Et de dialoguer avec le groupe de collègues.

Des séances de travail organisées autour de pratiques authentiques.

Du mardi au vendredi inclus, l’emploi du temps de la journée s’organise sur la base d’entrainements in vivo.

Une séance de simulation ouvre la 1ère heure de la matinée, dès 9:15. Les stagiaires se répartissent en 2 sous-groupes animés chacun par P. Intravaia et M. Billières. Les deux maîtres de stage jouent le rôle d’élèves mais leur prononciation varie: imitation d’un accent espagnol, anglais, italien, russe, etc., avec production d’une erreur phonétique typique. Chaque stagiaire corrige à tour de rôle. Il doit diagnostiquer l’erreur et produire plusieurs procédés correctifs. Il est guidé par le maître de stage en cas de besoin.

Ce fonctionnement est unanimement apprécié des stagiaires car extrêmement formateur avec intervention personnalisée du formateur.

La matinée se poursuit avec 2 séances de 50 minutes pendant lesquelles des volontaires, italophones pour la plupart, acceptent de se prêter au jeu de la correction phonétique. Le travail en sous-groupes est maintenu. P. Intravaia et M. Billières font des démonstrations en direct mais surtout laissent la bride haute aux stagiaires. Il est courant de former plusieurs petits groupes dans la vaste salle de classe. 3 volontaires font face à 3 stagiaires par exemple. Tout le monde travaille ensemble dans un climat détendu et très agréable.

l’après midi voit encore 2 ateliers pratiques de 50 minutes avec d’autres volontaires jouant le rôle d’élèves apprenant le français. Ce grâce à un formidable travail de recrutement en amont, réalisé par Magali Boureux, qui se joint aux autres maîtres de stage à partir de 13:30.

Les stagiaires ont ainsi l’opportunité d’observer l’action de 3 formateurs spécialisés en verbo-tonale, chacun ayant ses propres « trucs » en fonction de son expérience et sa personnalité, en plus du fonds commun fourni par la méthode. Ceci constitue un plus dans le dialogue qui s’instaure entre le groupe de formés et le praticien de phonétique corrective.

Un plénier rassemble l’ensemble du groupe pour une durée de 90 minutes. Les thèmes développés le sont en fonction de ce que les formateurs tiennent à faire passer aux stagiaires: corporéisation de la parole, importance de la musicalité en verbo-tonale, etc.

quelques photos prises sur le vif de stagiaires en plein travail

Bilan de cette semaine chargée…

Les participants ont été unanimement satisfaits

  • les personnes ayant joué le rôle de volontaires pour se prêter aux ateliers de correction phonétique ont apprécié de réaliser des progrès tangibles: production de [ʁ] -voire de [ʀ] ou bien [ᴚ], quelle importance!– au lieu de [r], remplacement du [ε] par [œ], meilleure réalisation de [ʒ] souvent réalisé avec une tension excessive;
  • les stagiaires ont retiré plusieurs bénéfices:
    • une plus grande rapidité dans le diagnostic et le traitement de l’erreur;
    • une palette plus riche de procédés de remédiation;
    • le recours au cumul de divers procédés;
    • un appui sur l’aide naturelle produite par l’intégration du mouvement rythmique-intonatif avec la gestualité facilitante concomitante;
    • une assurance renforcée dans leur efficacité personnelle ainsi que celle de la méthode.

Il s’agit maintenant pour eux de continuer à pratiquer la correction phonétique en classe afin de devenir de plus en plus efficient.

Pour finir, un mode « reportage »…

réalisé à chaud le surlendemain du stage, grâce à Storify:

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This