Le module 2 du Mooc Pratiques de l’enseignement de la prononciation en fle (PEPF) vient d’être mis en ligne ce lundi. Avec un contenu alléchant qui vous est présenté dans les lignes suivantes. Si vous n’êtes pas encore inscrits, vous allez vraiment le regretter!

Le module 2 mis en ligne la 2ème semaine du Mooc est consacré aux sons de parole, voyelles et consonnes, à l’origine de bien des difficultés de prononciation insurmontables – a priori – pour beaucoup d’apprenants de fle.

Le module s’ouvre sur une conversation au cours de laquelle Charlotte Alazard-Guiu et Michel Billières débattent des deux principales méthodes de remédiation phonétique disponibles dans l’univers du fle: la méthode articulatoire, la plus ancienne et la plus « connue », et la méthode verbe-tonale d’intégration phonétique – MVT – plus confidentielle, que certains connaissent davantage par ouï-dire.

Nous entrons vraiment dans le vif du sujet dans la section intitulée approche des deux méthodes le plus connues. La méthode articulatoire puis la méthode verbo-tonale sont présentées, avec à chaque fois les principes théoriques et les techniques de correction des sons, suivis d’applications pratiques, ce qui permet de faire directement le lien entre la théorie et son usage concret en classe de langue.

Les vidéos de cette section sont à consulter à plusieurs reprises, calmement. Il faut vous imprégner progressivement des diverses procédures de remédiation, en comprendre le bien-fondé. Sous certaines vidéos, des liens vous orientent vers des ressources susceptibles de compléter votre (in)formation. Des praticiens se livrent à des considérations pédagogiques sur les deux méthodes. Leurs propos peuvent être très éclairants afin de démêler tel ou tel point. Les facteurs psycho-affectifs revêtent une importance particulière quand on travaille la prononciation. On est dans le domaine de l’intime : on intervient directement sur la voix de l’élève, son souffle, on lui demande d’activer certains organes normalement jamais évoqués comme la langue, les lèvres…

En outre, pour aller plus loin, nous avons demandé à une orthophoniste et un acteur d’évoquer la façon dont ils travaillent sur les sons, ce qui vous permettra de réaliser que les techniques mises en œuvre diffèrent grandement de celles préconisées dans les deux méthodes que nous vous avons présentées. Entrainez-vous à diagnostiquer les erreurs produites in vivo par les apprenants dans la section activités.

Nous ne vous avons pas menti la semaine dernière: il y a énormément d’informations dans ce deuxième module. Soyez tranquille, laissez du temps au temps, si quelque chose n’est pas clair écoutez à nouveau les explications ; rendez-vous sur les fils de discussions afin de voir comment vos pairs réagissent.

S’approprier les procédures de remédiation demande du temps et de l’entraînement. Nous vous donnons ici tous les moyens afin de vous auto former en toute connaissance de cause. Ça n’est pas forcément facile, cela demande des efforts. Mais vous aurez une double récompense au final : la satisfaction d’avoir franchi un pas décisif dans votre compétence professionnelle et les sourires de vos élèves. Et pour ça, ça vaut la peine de s’investir !

Remarque importante : la plateforme n’accepte pas les crochets [], c’est pour cette raison que les sons y sont indiqués entre « ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.