Techniques pédagogiques et correction de la prononciation

Techniques pédagogiques à mettre en application pendant la correction de la prononciation. Plusieurs propositions émanant d’enseignants experts dans ce domaine. C’est l’objet du module 4 du Mooc Pratiques de enseignement de la prononciation en fle mis en ligne ce lundi.

Des pratiques pédagogiques variées

Jusqu’à présent dans notre Mooc nous avons mis l’accent sur les différentes procédures de remédiation portant sur les voyelles et consonnes ainsi que sur le rythme et l’intonation. Nous avons tenu à justifier chaque procédure, à l’expliquer de façon détaillée, à l’illustrer par des extraits audio-visuels afin de bien faire le lien avec des pratiques concrètes. En d’autres termes, nous avons privilégié l’aspect technique inhérent à l’acte de correction phonétique.

Il est temps maintenant de nous intéresser à l’autre aspect du travail phonétique: dans quel cadre pédagogique le professeur et l’apprenant évoluent-ils?

Séance ou atelier de correction phonétique?

C’est la 1ère question abordée par par les phonéticiens-pédagogues qui se mettent d’accord sur ce que l’on peut faire pendant

  • une séance au cours de laquelle un moment du cours est dévolu à la correction de la prononciation. Comment faire, quelles activités privilégier et pourquoi;
  • un atelier qui rassemble des étudiants volontaires et permet à l’enseignant une plus grande liberté d’action.

Beaucoup de suggestions concrètes sont avancées par par les équipes pédagogiques de l’université catholique de Louvain et de l’AF de Toulouse.

Nous abordons également le sujet délicat des aides technologiques proposées dans le cadre de l’amélioration de la prononciation en langue étrangère. L’ensemble des participants partage en gros la même opinion…

Il se pose également la question du travail phonétique avec de grands groupes. De fait, dans les démonstrations vidéo, les enseignants praticiens font face à quelques étudiants debout ou assis. Ceci pour des facilités de cadrage au niveau des caméras. Mais comment faite quand on a une classe d’une trentaine d’étudiants, ou plus? Magali Boureux avance des propositions concrète permettant d’effectuer un travail efficace.

La progression phonétique et son évaluation

Là encore il s’agit d’un sujet loin d’être évident et qui est évoqué dans le Mooc. Pour rappel, un article du blog reprend les arguments développés dans la vidéo. Il est à consulter en cliquant sur ce lien.

 

Analyse de séances

Un moment fort de ce module 4! Les personnes suivant le mooc découvrent plusieurs erreurs produites par les apprenants avec un commentaire précis des procédés de correction employés par les intervenants. Voilà de quoi aiguiser leur curiosité… ainsi que leur expertise. Car ils peuvent exploiter en direct les connaissances acquises lors des deux précédents modules. Et s’ils éprouvent encore des hésitations ou des faiblesses, c’est parfaitement normal. Il n’y a pas lieu de se faire du souci.

Répétons-le une fois encore: c’est par la pratique, une fois les procédures de correction comprises, que tout enseignant acquiert un savoir-faire éclairé en correction de la prononciation du fle. Et cela passe également par des phases de réussite et d’échecs… comme pour tout apprenant en somme.

 

La norme et les accents de la francophonie

Nous revenons sur les problèmes liés à l’existence d’une norme de prononciation et à la question de son éventuel enseignement. Ce qui pose la question des accents dus à la variation, omniprésente à l’oral. Ceci avait été déjà évoqué dans le module 1. Dans le dernier module, nous reprenons ces aspects en nous situant non dans l’aire de l’Hexagone mais dans l’espace francophone, ce qui est beaucoup plus réaliste, et assure une vision plus large de la diversité des français parlés sur les cinq continents.

C’est Vanda Marijanovic, maître de conférences en Sciences du Langage à Toulouse II, qui clôture le Mooc par son intervention.

Il est encore temps de vous inscrire et d’accéder à la documentation du
Mooc Pratiques de l’enseignement de la prononciation en fle.

Cliquez sur l’image:

Et mille fois mille mercis à…

Cédric Peyronnet, Ingénieur pour l’enseignement numérique à la DTICE – Université Toulouse – Jean Jaurès ; ingénierie et gestion de projet, pour sa rigueur, sa disponibilité, sa patience, ses idées, sa capacité à rebondir et sa créativité;

Bruno Bastard, Ingénieur des systèmes et techniques audiovisuels et multimédia à la DTICE – Université Toulouse – Jean Jaurès ; réalisation vidéo pour sa patience, sa gentillesse et sa bonne humeur permanente.

Cédric et Bruno ont été présents tout au long de la réalisation de ces deux Moocs. Merci pour votre immense professionnalisme, travailler avec vous, Messieurs, a été une fierté et un honneur.

 

Bruno, Cédric, Charlotte, Michel et Magali

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This