sourions un peu

Mis en ligne le 18 juin 2014, Au son du fle  a régulièrement publié un article chaque mercredi. L’année scolaire touche à sa fin, le blog se prépare à prendre ses quartiers d’été. Ce qu’il fera après la publication du dernier article la semaine prochaine.

Je vous propose de retrouver toutes les « réflexions du moment ». J’avais inauguré cette mini-rubrique à la mi-novembre 2014. Elle figure dans le menu de bas du thème actuel. Le principe: une courte citation, le plus souvent amusante, loufoque, déjantée mais pas toujours. Afin de provoquer un étonnement, un éclat de rire ou seulement un sourire. Deux citations par semaine se retrouvent au bas du blog. Vous retrouvez ci-dessous ces pensées pas toujours profondes mais souvent tellement sympathiques ou iconoclastes. Et pour ceux qui aiment, je vous renvoie à la 1ère livraison de ces réflexions publiées ici.

Pierre Desproges

Il se dessine de façon tangible, dans votre génération qui monte, mon camarade, une espèce d’ambition glacée d’arriver par le fric et un mépris cynique de tous les idéaux assez peu compatible avec l’idée qu’on se fait de la jeunesse éternelle génératrice de fougues irréfléchies et de colères gratuites

La seule conscience politique que j’ai, c’est de tenir à ne pas en avoir – pas du tout par lâcheté – c’est parce que je n’ai jamais pu m’apercevoir que la gauche était mieux que la droite que les rouges étaient mieux que les noirs.

Comme disait son heureuse fiancée: « J’ai eu mon Bach du premier coup » .

Judaïsme: religion des juifs, fondée sur la croyance en un Dieu unique, ce qui la distingue de la religion chrétienne qui s’appuie sur la foi en un seul Dieu, et plus encore de la religion musulmane, résolument monothéiste.

On n’a quand même pas pris la Bastille pour en faire un opéra.

Je manifeste toujours tout seul. Au reste mes idées sont trop originales pour susciter l’adhésion des masses bêlantes ataviquement acquises aux promiscuités transpirantes et braillardes inhérentes à la vulgarité du régime démocratique imposé chez nous depuis deux siècles par la canaille régicide.

Pierre Dac

L’amour caché, c’est la dissimulation de fonds secrets non déclarés.

Grammairien cherche auxiliaire. Etudie toutes propositions.

Athée récent échapperait bon Dieu vivant contre bon vieux divan.

La devise des hommes d’affaire plus ou moins scrupuleux est: « savoir toujours assez bien nager pour n’avoir jamais trop à se mouiller ».

Rien n’est plus semblable à l’identique que ce qui est pareil à la même chose.

Ancien gangster faisant du racket cherche emploi de tennisman.

Frédéric Dard

Un politicien ne peut faire carrière sans mémoire, car il doit se souvenir de toutes les promesses qu’il lui faut oublier.

Tout n’est pas cirrhose dans la vie, comme dit l’alcoolique.

Les cimetières sont éclairés au néant.

Si tu es athée, c’est que tu es de mauvaise foi.

Traiter son prochain de con n’est pas un outrage mais un diagnostic.

 

 

 

Jean Yanne

Je fais mon beurre en crachant dans la soupe.

Je suis contre le cumul des mandats . Imaginez le sort de ces pauvres mecs qui sont à la fois chômeurs , SDF et bénévoles !

« Quand vous mourrez, que voulez-vous emporter dans votre cercueil ? – Un deuxième costume, on ne sait jamais. »

Les vieux adorent manger des cacahuètes : ça leur rappelle leurs dents.

Il faut faire des enfants quand on est vieux, parce qu’on ne les emmerde pas longtemps.

Les rares fois où j’ai pris un bateau, j’ai exigé qu’on ne me serve à manger que de jolies choses. Parce que j’étais sûr de les revoir rapidement.

Raymond Devos

Mon pied droit est jaloux de mon pied gauche. Quand l’un avance, l’autre veut le dépasser. Et moi, comme un imbécile, je marche!

L’autre jour, au café, je commande un demi. J’en bois la moitié. Il ne m’en restait plus.

Quand j’ai tort, j’ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaitre mes torts !

Tort de donner raison à des gens qui avaient le tort de croire qu’ils avaient raison. C’est-à-dire que moi qui n’avais pas tort, je n’avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu’ils avaient tort

 

Alphonse Allais

La mer est salée parce qu’il a des morues dedans. Et, si elle ne déborde pas, c’est parce que la Providence, dans sa sagesse, y a placé aussi des éponges.

On est prié de ne pas claquer l’apôtre.

Pauvre France ! Où est l’Augias qui te guérira de ton incurie ?

Jules Renard

Paresse: habitude prise de se reposer avant la fatigue.

Nous sommes ici-bas pour rire. Nous ne le pourrons plus au purgatoire ni en enfer. Et au paradis, ce ne serait pas convenable.

La bouche, ce joli nid de la voix.

Le ver à soie file un mauvais coton.

Alexandre Vialatte

Le sage doit garder un vice pour ses vieux jours.

L’escargot ne recule jamais.

L’homme n’est que poussière. C’est dire l’importance du plumeau.

Sans le kangourou, l’homme n’aurait jamais su qu’il ne possède pas de poche marsupiale.

 

Woody Allen

L’argent est plus utile que la pauvreté, ne serait-ce que pour des raisons financières.

Ce n’est pas Dieu qui me pose problème, c’est son fan club qui me fout les jetons.

Je ne crois pas en l’au-delà, mais j’emporte toujours un caleçon de rechange.

Je ne sais pas si Dieu existe; mais s’il existe, j’espère qu’il a une bonne excuse.

Pour vous, je suis un athée. Pour Dieu, je suis un opposant loyal.

Cioran

La religion est une fatigante solution de paresse.

La vieillesse, en définitive, n’est que la punition d’avoir vécu.

S’il y a bien quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu.

Le français: idiome idéal pour traduire délicatement des sentiments équivoques.

N’a de conviction que celui qui n’a rien approfondi.

Paul Valéry

Si quelqu’un te lèche les bottes, mets-lui le pied dessus avant qu’il ne commence à te mordre.

Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau.

Dieu sait quelles métaphysiques et géométriques l’invention des miroirs et des vitres a pu engendrer chez les mouches!

Alexandre Breffort

Scoop : Maya l’abeille compromise dans l’affaire des ballets ruches !

Dieu est un vieux monsieur qui adore se faire prier.

La Bible ne fait pas le moine.

Francis Blanche

Pour que l’école dure, ami donnez !

Concupiscent, c’est pas un mot, c’est un rébus.

Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que viser la médiocrité et l’atteindre.

Proverbes et pensées

Sous la poussière le sol est propre.

Mieux vaut partir à point qu’arriver saignant.

Si il y a des tomates, Mozart est là.

L’eau chaude n’oublie pas qu’elle a été froide.

On ne peut pas voir de tomate chanter, mais on peut voir des tomates rapper.

L’ombre du zèbre n’a pas de rayures.

Dans le passé, il y avait plus de futur que maintenant.

Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux.

Le putois ne sent pas l’odeur de ses aisselles (proverbe africain)

Traverse la rivière avant d’insulter le crocodile (proverbe kényan).

Le passé étant beaucoup moins incertain que le futur, le sage sera fort avisé de se plonger dans l’Histoire plutôt que de patauger dans l’avenir.

Les poubelles, les moutons aussi.

Les hommes de l’âge de bière vivaient dans les tavernes

Si tu regardes un feu de cheminée plusieurs heures, il s’éteint.

Je suis du bois dont on fait les flûtes (Pan).

En faisant une heure de sport, on peut perdre jusqu’à 60 minutes (Anonyme)

L’abus de lit n’est pas un travers sain (Ésope fils)

Les mystiques ne prennent pas les messies pour des gens ternes.

J’aime mieux descendre mon thé que monter des cendres (Jean-Louis-Auguste Commerson)

Un ventriloque peut-il faire un bide ?

Ne forçons pas notre talon (Achille)

Les coups de foudre ne font pas des mariages du tonnerre (Patrice Delbourg)

Le dimanche est le jour où beaucoup d’hommes s’occupent de leur voiture: il faut laisser le chrome aux hommes… (signé Y).

Un dieu vengeur ? Il est insidieux de croire qu’il est ainsi, Dieu.

Le Diable est encore le meilleur subterfuge pour disculper Dieu (Freud).

A déguster

Pub vietnamienne: mes nems, pour nous les hommes.

Le mensonge tue l’amour, a-t-on dit. Eh bien, et la franchise, donc! (Abel Hermant)

Au dessous de la Loire, le mensonge est une forme de la sociabilité, et comme une politesse de la race (Abel Hermant)

Parler, c’est marcher devant soi (Raymond Queneau)

Quand je mange des glaces, cela me fait réfléchir (Louis-Auguste Commerson)

Contestation sociale. Les curés en colère défilent pour leurs conditions de vie: « On ne nous fera Pater! ».

Le christianisme a beaucoup fait pour l’amour en en faisant un pêché (Anatole France)

Les époux sont des condamnés de draps communs (Maurice Clavel)

La foi, c’est quand tu n’as Dieu que pour Lui. (@bobtoutcour sur Twitter)

Démocratie est le nom que nous donnons au peuple chaque fois que nous avons besoin de lui (Robert de Flers)

La frivolité est la plus jolie réponse à l’angoisse (Cocteau)

Sauvez la musique, mangez un rappeur.

Les cons gagnent toujours: ils sont beaucoup trop (Cavana)

Je suis inculte parce que je n’en pratique aucun, et insecte parce que je me méfie de toutes (Raymond Queneau)

Je suis ancien combattant, militant socialiste et bistrot. C’est dire si dans ma vie j’en ai entendu des conneries (Michel Audiard)

Les méchants envient et haïssent; c’est leur manière d’admirer (Victor Hugo)

Écoles : établissements où l’on apprend à des enfants ce qui est indispensable de savoir pour devenir professeurs (Sacha Guitry)

Il est dangereux de parler de trop près aux moutons qui ont la laine forte (Louis-Auguste Commerson)

L’humanité marche à reculons vers l’avenir, les yeux tournés vers le passé (Guglielmo Ferrero)

Mon frère est masseur à Passy, et masseuse à Bercy ma tante Félicie Et comme à leurs travaux je m’associe, Je masse aussi (Tristan Bernard)

Parole d’épicurien: plus je vieillis, moins je jeûne.

Sagesse est source de foi

Quand ils n’ont plus de prêtres, les dieux deviennent très faciles à vivre (Anatole France)

On n’est jamais trop prudent dans le choix de ses ennemis (Oscar Wilde).

L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes Bertrand Russell

Quand le coeur d’un grand homme cesse de battre, on donne son nom à une artère (Pierre Daninos)

Ce que les hommes vous pardonnent le moins, c’est le mal qu’ils ont dit de vous (André Maurois)

Vieillir est encore le seul moyen qu’on ait trouvé pour vivre longtemps (Sainte-Beuve)

La haine, c’est la colère des faibles (Alphonse Daudet)

Les lois sont comme les toiles d’araignée qui prennent les moucherons mais laissent passer les guêpes et les frelons (Jonathan Swift)

Rien ne ressemble plus à un innocent qu’un coupable qui ne risque rien (Tristan Bernard)

La prière, croyez-moi, n’est souvent pour beaucoup que le besoin, quand on se sent seul, de parler à la deuxième personne (Ernest Renan)

La politique, c’est une certaine façon d’agiter le peuple avant de s’en servir (Talleyrand)

Il faut avoir vécu dans cet isoloir que l’on appelle une Assemblée nationale pour concevoir comment les hommes qui ignorent le plus complètement l’état d’un pays sont presque toujours ceux qui le représentent (Proudhon)

L’oisiveté exige tout autant de vertus que le travail. Il y faut la culture de l’esprit, de l’âme et des yeux, le goût de la méditation et du rêve, la sérénité (Paul Moirand)

Ni les acteurs ni les hommes d’État ne se retirent à temps (Sainte-Beuve).

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

    • Michel Billières

      De rien, c’est la partie clin d’oeil du blog 😉

Pin It on Pinterest

Share This