Un point de convergence pour les rapports phonie-graphie en fle

La Méthode naturelle de lecture-écriture ou MNLE est particulièrement intéressante pour un enseignant de fle qui s’emploie à la correction phonétique en utilisant la méthode verbo-tonale, ou MVT. Les unités de signification écrites ligne par ligne au début du processus d’apprentissage de l’écriture-lecture par les élèves ne sont pas sans rappeler les  mots phonétiques spontanément employés quand on parle en français. Il y a là une convergence qui peut être très bénéfique pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture en relation avec la matière phonique de la langue. Une piste à frayer?..

auteur invité du Blog

Pénélope
Chauvin

Formatrice et animatrice d'ateliers linguistiques depuis 10 ans. Formatrice de formateurs.
A travaillé avec tous types de public : FLE, alpha, illettrisme, et au sein de différentes structures : organismes de formation, entreprises, associations de proximité et centres de ressources illettrisme.

Pénélope Chauvin A été formée à la Méthode naturelle de Lecture-Ecriture (MNLE) dès le démarrage de sa pratique (en Poitou Charentes, lieu de naissance de la MNLE ) et à Bruxelles, au sein de l’association Lire et Ecrire (où la MNLE est systématiquement utilisée dans les ateliers d’apprentissage du français).
Suite à une formation à la méthode verbo-tonale, Madame Chauvin explore aujourd’hui, dans les ateliers socio linguistiques qu’elle anime, les complémentarités fructueuses entre verbo-tonale et MNLE et souhaite vous faire partager les premiers constats issus de ces expérimentations. Elle m’écrit, quelques mois après l’enregistrement de cette vidéo -lors du stage de MVT de Padoue 2017-:  « J’avais besoin d’expérimenter verbo-tonale et MNLE avec mes groupes avant de pouvoir en donner des nouvelles. Et les résultats sont concluants ! La verbotonale  a infusé lentement mais sûrement dans ma pratique et vient compléter et enrichir la MNLE, surtout en ce qui concerne la phase de mémorisation du texte. Le travail sur le rythme et l’intonation permet de rendre cette étape moins fastidieuse et favorise l’oral de manière prodigieuse. Et en plus on s’amuse !  Je continue donc dans cette voie et espère réussir à filmer une ou deux séances prochainement ».

Je vous laisse découvrir la Méthode naturelle de Lecture-Ecriture avec elle avant d’apporter quelques précisions.

La Méthode Naturelle de Lecture-Ecriture.

Je ne vais pas la présenter. Certains écrits en expliquent la philosophie et les principes pédagogiques de façon très claire. Je vous y renvoie dès à présent si vous le souhaitez. Faire connaissance avec le méthode permettra de mieux comprendre le point de vue que je vais défendre dans la suite de cet article.

Quelques références sur la MNLE

Conférence donnée par D. de Kayser, l’un des principaux promoteurs de la MNLE, à Strasbourg en 2007. Cliquez sur ce lien pour accéder au texte.

Le Nouvel Educateur de septembre 1997 consacre un dossier à la Méthode naturelle de lecture-écriture dans la lutte contre l’illettrisme. Vous y accédez ici.

Un document datant de 2003 mis en disposition par le CLAP/CRI Aquitaine. Il est par ici.

Une vidéo pédagogique de 2007 produite par le CRI Aquitaine expliquant les trois moments de la Méthode.

Quelques points d’intérêt.

 La MNLE s’appuie sur une approche socio-constructiviste du savoir. Chaque apprenant est pris en charge par un tuteur qui l’encourage à avoir une attitude de détective face à l’écrit. L’apprentissage est individualisé. L’apprenant est actif: il explore, observe, découvre, déduit. Il développe une pensée critique, de nouvelles aptitudes.  Il apprend à travailler avec méthode et gagne en cela en autonomie. Le recours a la métacognition est systématiquement encouragé.

Au départ est la parole de l’apprenant. Il est encouragé à s’exprimer, à communiquer. Le texte est construit à partir de son vécu. Ce qui est valorisant et encourageant. Cela renforce l’estime de soi qui peut avoir été malmenée dans certains cas.

La démarche de la MNLE est d’aller du global vers le particulier. Elle part du texte qu’elle segmente en groupes de sens, ensuite en mots, en parties de mots et enfin en graphèmes.

La segmentation du texte afin de faciliter le repérage.

Voici qui intéresse un enseignant pratiquant la MVT. Vous allez vite comprendre pourquoi.

Chaque ligne est constituée par un groupe de mots pouvant correspondre à un groupe de sens ou un syntagme.

Ces groupes de mots aident à construire une représentation mentale de l’information qu’ils véhiculent. Il facilitent ainsi sa conservation en mémoire.

Ce qui permet à l’apprenant de se rendre compte qu’on ne lit pas mot après mot mais qu’il est plus  bénéfique de tenter de retrouver les groupes de sens. L’apprenant, connaissant déjà le texte puisqu’il en est à l’origine, apprend progressivement à utiliser à son profit maintes stratégies,  guidé en cela par son tuteur. Et c’est là où la MVT peut venir en appui à la MNLE.

Voici un exemple de texte segmenté:

Samedi prochain

je vais aller en voiture

au supermarché

avec Cathy et Lydie

pour faire des courses

pour la semaine.

Ce découpage proposé par le formateur n’est pas sans rappeler les mots phonétiques produits spontanément à l’oral en français. C’est-à-dire des unités minimales de sens, en perception et en production, qui sont réalisées en situation de communication sans aucune référence à l’écrit.  Car en français on parle par mots phonétiques. D’où, naturellement, la proposition de travailler ces groupements sonores en utilisant tous les outils de la MVT, ce préalablement au passage à l’écrit. Cela doit assurer en lecture un décodage plus rapide des mots?

Pourquoi donc?

Le développement d’une conscience phonologique est indispensable pour devenir un lecteur expert. Les recherches menées sur les langues à système d’écriture alphabétique sont unanimes sur ce point. La conscience phonologique est la capacité d’identifier les composantes phonologiques des unités linguistiques et de les manipuler délibérément. Elle est à l’origine de la capacité de segmenter l’oral en unité non significatives. Une personne éprouvant des difficultés à analyser la structure phonologique de la langue orale ou ne parvenant pas à établir des liens entre les systèmes écrit et oral  se trouve dans l’incapacité d’accéder au principe même du système alphabétique et rencontre des difficultés majeures dans la reconnaissance des mots écrits. Ce qui est naturellemnt le cas d’un apprenant étranger.

La conscience phonologique et l’apprentissage de la lecture se développent en interaction et se renforcent mutuellement.

Tant que l’apprenant n’est pas un normo-lecteur, qu’il est encore en train de déchiffrer ou de lire avec difficulté, il a besoin de prononcer les mots afin de pouvoir accéder à leur signification. Ce processus irréversible se produit quant l’information sensorielle est temporairement stockée en mémoire de travail. C’est ce que l’on appelle le recodage phonologique.

Le recodage phonologique en mémoire de travail pendant l'activité de lecture

La boucle de récapitulation articulatoire maintient active l’information auditive pendant environ 1,5 sec. Et il est évident qu’un non natif opère ce recodage phonologique en retournant vers les sons de sa L1. Surtout si aucun travail efficace en correction de la prononciation n’est effectué. La lecture est ainsi pleine de pièges, particulièrement propice aux erreurs de prononciation et à une prosodie malmenée.. Ce que tout prof de fle sait d’expérience…

Je reviendrai bientôt sur les processus primaires en lecture susceptible de générer des inférences.

Je vous invite à (re) lire ces deux articles du blog en relation directe avec le thème développé dans ce billet. Ils sont illustrés chacun par une vidéo.

Crédit image: Pixabay

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

  1. Christine Vanthuyne

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article et cette vidéo.
    Le fait que cette technique peut être complémentaire à la méthode verbo-tonale est intéressante. Je vais étudier les documents joints à l’article, mais dans l’onglet « Dossier », c’est la conférence qui apparait.
    Cordialement.

    Publié le 23 janvier 2018 à 12:35
    • Michel Billières

      Petite erreur de manipulation, je vais effectuer la correction, merci de me l’avoir signalé.

      Publié le 24 janvier 2018 à 09:48

Pin It on Pinterest

Share This