Phonétique du fle, un été fécond

Un été marqué par deux stages de remédiation phonétique du fle par la méthode verbo-tonale. Le 1er s’est tenu à Barcelone début juillet. il m’a inspiré deux sujets qui seront publiés dans le blog courant septembre. Le 2ème s’est déroulé à Padoue dans la dernière quinzaine d’août. C’est à lui que le présent article est consacré.

Padoue, un stage dédié aux pratiques authentiques.

C’est la volonté affichée des maîtres de stage: favoriser au maximum la formation concrète des stagiaires en les guidant dans l’appropriation des divers outils nécessaires afin de remédier du mieux possible et avec célérité aux erreurs de prononciation des apprenants étrangers de fle. Pour atteindre cet objectif, ce stage est un perfectionnement, exclusivement réservé à des personnes ayant déjà une assise théorique mais surtout une pratique de la MVT. Et il accueille un nombre limité de participants afin de garantir une formation aussi individualisée que possible. Chaque stagiaire doit avoir amélioré sa manière de pratiquer la remédiation phonétique au terme de la formation.

Je vous renvoie au programme diffusé en janvier de cette année. Il affiche clairement ces différents objectifs.

Et j’enfonce le clou en vous invitant à consulter l’emploi du temps  du stage de cette année. Plusieurs heures sont quotidiennement consacrées à la formation pratique in vivo des stagiaires.

Beaucoup de travail cet été à Padoue…

Les quatre intervenants se sont pleinement investis dans la formation.

Les formateurs intervenant dans le stage

Pour rappel, le nombre maximum de stagiaires est limité à 15 de façon à pouvoir assurer le suivi personnalisé de chacun.

  • dominante franco-belge mais aussi 2 Russes, 2 Croates, 1 Polonaise ainsi qu’1 Grecque;
  • majorité de profs de fle mais également 2 logopèdes -orthophonistes- venues de Belgique; ainsi que 2 phonéticiennes expérimentalistes travaillant en laboratoire et désireuses de découvrir la MVT en action.

En matinée,

P. Intravaia et M. Billières débutent la journée par des simulations avec des sous-groupes composés d’un nombre limité de stagiaires:

Le principe est simple. Chaque stagiaire propose un énoncé -à partir d’un dialogue d’un manuel- au formateur qui le répète en effectuant une seule erreur, portant sur un son ou sur un aspect prosodique. Le stagiaire sur la sellette effectue le diagnostic et propose un procédé de correction. Si il le met bien en pratique, l’ « élève » prononce mieux. Dans le cas contraire il persiste dans l’erreur. Charge au stagiaire de mettre en place un autre procédé.

L’efficacité de cette activité est réelle. Elle

  • met le stagiaire en situation quasi réelle d’enseignement en temps réel,
  • l’oblige à utiliser successivement plusieurs procédés,
  • le fait échanger avec le formateur et ses pairs,
  • lui fait prendre conscience de certains points à améliorer: respect des patrons prosodiques, gestualité facilitatrice concomitante, etc.
  • lui procure une plus grande confiance en soi.

L’après midi,

les formateurs accueillent des personnes désireuses d’améliorer leur prononciation en français. La plupart sont italiennes mais il y a également deux Chinoises et un Américain. Tous ces volontaires sont présents tout au long des trois sessions consécutives. Ils restent trois heures avec un même formateur. Les stagiaires, quant à eux, changent de salle à chaque inter-session – Un immense bravo et mille mercis à Magali pour son organisation impeccable!!!-.

En 1ère semaine, chaque session est d’abord animée par le formateur qui assure une séance de correction phonétique en direct. Ce qui permet aux stagiaires de voir comment il s’y prend concrètement; et de constater que chaque intervenant a sa façon de faire, en lien avec son expérience, sa personnalité. La complémentarité des styles de formateurs a été unanimement soulignée lors du bilan de clôture. Déroutante au début, elle se révèle féconde au fur et à mesure que le stagiaire s’améliore, gagne en confiance et s’approprie la gamme des procédés de remédiation. L’échange permanent entre les formateurs et les formés  permet de clarifier l’utilisation d’un procédé donné. Le lien est toujours fait avec les fondements théoriques de la MVT. La palette des procédés utilisables s’enrichit pour le stagiaire qui peut empiriquement en vérifier la pertinence. Et constater que le « truc » du formateur A complète celui employé par le formateur B.

en 2ème semaine, les stagiaires de la 1ère semaine sont rejoints par les « anciens », des personnes ayant déjà suivi un stage précédant et souhaitent une piqûre de rappel. Magali Boureux se joint à Pietro et Michel l’après midi. Les maîtres de stage sont davantage en retrait, les « anciens » guident les autres participants. La configuration de  chaque sous-groupe est semblable aux photos suivantes. Les gens se répartissent dans une grande salle. Travail en binôme entre stagiaire (s) et apprenant (s) de français. Le maître de stage est toujours présent mais se fait discret.  Il circule d’un groupe à  l’autre. Et n’intervient que sur demande. Les stagiaires gagnent en assurance et en autonomie. Et ce d’autant plus que l’attitude des « apprenants » est très positive et empreinte de bienveillance.

Il est également formidablement valorisant de constater que certains apprenants ont réalisé de spectaculaires progrès. Je pense notamment aux deux jeunes Chinoises qui sont parvenues à installer très rapidement le rythme du français et à respecter les oppositions consonnes sourdes vs consonnes sonores qui constituent une grande source de difficultés. Les deux jeunes femmes parvenaient à distinguer et réaliser très simplement les [p] [b] t] [d] [k] (g] au bout d’une semaine.

Nouveauté dans le stage de perfectionnement: un séminaire d’introduction à la phonétique acoustique avec des liens vers la physiologie et la perception. Aux manettes, le Prof. Bernard Harmegnies, Directeur du Laboratoire de Phonétique et Président de l’Institut de Recherche en Sciences et Technologies du Langage de l’U-Mons. Une présentation magistralement pédagogisée et qui provoque soit fascination soit inquiétude chez les stagiaires. Normal, il faut un certain temps pour digérer les concepts et s’accoutumer. Mais toute personne voulant se perfectionner en remédiation phonétique par la MVT se doit d’acquérir ces connaissances. Qui, en plus, sont mises en relation avec les théories actuelles sur la perception qui affinent considérablement la métaphore du crible phonologique.

aires s'exercent sur les formateurs
Les stagiaires s'exercent sur les formateurs
Un travail très individualisé pour les stagiaires comme pour les apprenants

Beaucoup de bonne humeur cet été à Padoue…

Une ambiance très studieuse et en même temps décontractée a régné en permanence dans les locaux de la Ciels qui nous accueillait. Mais aussi dans les multiples rencontres qui ont émaillé les soirées au cours desquelles se retrouvaient stagiaires et formateurs. Magali avait plein d’endroits sympathiques à conseiller. Ses recommandations ont été scrupuleusement suivies!

Ce stage a été marqué par une belle entente et beaucoup de bonne humeur. Cette jolie rencontre humaine fait aussi partie des valeurs auxquelles tiennent les maîtres de stage impliqués dans la formation.  Merci à toutes et tous.

Petit souvenir 😉

Partage de bons moments parmi d'autres
Quelques stagiaires et quelques "volontaires"

MàJ: la vidéo du stage.

Quelques jours après la parution de cet article, l’Alliance française di Padova a mis en ligne la vidéo du stage. N’hésitez pas à la consulter ici, c’est frais, c’est gai, c’est plein de vitamines et de sourires!

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

  1. Boudjellal Nadjia

    bonjour, j’envie ceux qui ont eu la chance d’être à Barcelone ou à Padoue. j’aurai aimé avoir la chance d’être formé par ces formateurs formidables et communiquer ce que j’apprends à mes collègues. pas de chance!!je vais me réinscrire l’année prochaine..

    Publié le 6 septembre 2017 à 15:12
    • Michel Billières

      A bientôt, donc!

      Publié le 7 septembre 2017 à 09:46

Pin It on Pinterest

Share This