L'arbre à paroles

Innover en phonétique corrective fle – appel à communications

Un numéro spécial à venir de la revue Inter-Lignes a pour thématique L’innovation pédagogique pour enseigner la prononciation en français comme langue étrangère ou seconde. Une initiative bienvenue dont Au son du fle se fait l’écho avec grand plaisir.

Argumentaire.

Un constat désabusé.

Encore aujourd’hui, la phonétique corrective continue d’être appréhendée comme le parent pauvre ou la laissée pour compte dans l’enseignement/apprentissage du FLES. Pour beaucoup d’enseignants, elle constitue un véritable talon d’Achille dans leur gestion de l’oral en classe. Ils se sentent très souvent complètement démunis et impuissants face aux erreurs de prononciation de leurs élèves qu’ils savent pas et/ou ne parviennent pas à corriger. De même ils ne savent que faire si ces derniers parlent en adoptant un rythme et/ou des intonations qui rendent leurs propos incompréhensibles.

Un récent n° de Recherches et Applications (n° 60, juillet 2016) coordonné par L. Abou Haidar et R. Llorca: L’oral dans tous les sens: de la phonétique corrective à la didactique de la parole fait le point sur la situation actuelle de la phonétique corrective. A travers les propos de certains contributeurs, on y retrouve en filigrane ce sentiment de désaffection et de crainte envers la discipline. Ces sentiments équivoques sont également présents dans un n° à venir de Recherches et Didactique des Langues et des Cultures coordonné par J. Sauvage et M. Billières Volume 16-1, 2019 – Enseigner la phonétique d’une langue étrangère : bilan et perspectives. Les deux responsables de cette publication à venir pointent d’emblée le manque flagrant de formation et d’information des (futurs) enseignants ainsi que la place marginale occupée par la phonétique corrective en didactique du FLE.

Une thématique riche et diversifiée.

La phonétique corrective concerne de nombreux domaines de la didactique des langues, des sciences du langage et, plus largement, de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales. Elle consiste en la correction des sons, ce qui revient à lever des ambiguïtés au niveau du code linguistique. Elle concerne le rythme et l’intonation et par là même contribue aux activités de décodage, de segmentation, de modalisation, de construction du sens…

La gestualité co-verbale est également à mettre en relation avec les mouvements rythmico-mélodiques produits pendant un énoncé en parole spontanée.

La culture est également convoquée. Chaque communauté linguistique évolue dans un monde sonore qui lui est propre.

La phonétique corrective constitue de fait un formidable terrain d’exploitation pour des pratiques pédagogiques innovantes, permettant de lui donner vie dans l’enseignement/apprentissage du FLE.

Objectif.

L’objectif de ce numéro de la revue Inter-Lignes est d’exposer les résultats de pratiques de classe ayant pour objet l’amélioration de la prononciation des apprenants en français langue étrangère et seconde (FLES).

Contributions.

Nous recherchons des contributions portant sur les thèmes évoqués plus haut, prioritairement consacrées à des pratiques de classe originales et assurant des résultats probants.

Il est demandé aux auteurs de décrire leurs objectifs, d’expliquer précisément le déroulement de l’activité, d’en commenter les résultats.

Il sera apprécié qu’une partie ou non de l’activité décrite soit visualisable via un lien de vidéo disponible sur une plate-forme de partage telle que YouTube ou Dailymotion. Ce lien devra être indiqué dans l’article sous pour évaluation finale. Le document vidéo devra naturellement être disponible lors de la parution du N° de la revue.

Mots-clés:

phonétique corrective, prononciation, prosodie, rythme, intonation, corps, geste, méthodologie, didactique des langues, oral, oralité, cognition, culture.

Ce n° 22 de la revue Inter-Lignes de l’Institut Catholique de Toulouse 

« L’innovation pédagogique pour enseigner la prononciation en français comme langue étrangère ou seconde »

est placé sous la direction de Madame Božena Billerey,

Vice-Rectrice et Maître de conférences en Sciences du Langage.

Modalités de soumission et calendrier.

  • Limite d’envoi des propositions : le 3 septembre 2018
  • Réponses aux propositions : le 3 octobre 2018
  • Articles en première version : le 15 novembre 2018
  • Evaluation des articles : le 15 décembre 2018
  • Retour des articles définitifs : le 15 janvier 2019
  • Parution prévue : avril 2019.

Forme des propositions et des articles retenus:

Les propositions d’articles comprendront au plus 3000 caractères, avec un titre provisoire, des références bibliographiques et cinq mots-clés.

Seront indiqués : le ou les noms des auteurs, l’université ou l’institution de référence, le laboratoire de rattachement, une adresse mail.

Les propositions d’articles sont à envoyer à : Bozena Billerey par mail à l’adresse suivante : bozena.billerey@ict-toulouse.fr

Pour les articles retenus pour publication, les textes devront comprendre entre 30 000 et 35 000 signes tout compris (espaces et notes inclus, hors bibliographie et sitographie) en caractères Times New roman (11). A cela s’ajoutent un résumé en français et en anglais de 5 à 10 lignes maximum, chacun avec des mots-clés.

Comité scientifique.

  • Michel Billières, Professeur à l’Université Jean Jaurès de Toulouse.
  • Bernard Harmegnies, Professeur ordinaire à l’Université de Mons (Belgique)
  • Lorraine Baqué, Professeur à l’Université Autonome de Barcelone (Espagne)
  • Jérémi Sauvage, Maître de conférences HDR à l’Université Paul Valéry de Montpellier.
  • Corine Astezano, Maître de conférences HDR à l’Université Jean Jaurès de Toulouse.
  • Charlotte Alazard-Guiu, Maître de conférences à l’Université Jean Jaurès de Toulouse.

Comité de lecture.

  • Vanda Marijanovic, Maître de conférences à l’Université Jean Jaurès de Toulouse.
  • Arnalda Dobric, Maître de conférences à l’Université de Zagreb (Croatie).
  • Magdalena Danko, Maître de conférences à l’Université d’Opole (Pologne).
  • Magali Boureux, Professeure à l’Université de Padoue (Italie).
  • Eugénie Mottironi, Formatrice de formateurs FEF Fondation Esprit Francophonie DELF DALF à Genève (Suisse).
  • Karine Wiltord, Maître de conférences à l’Institut Catholique de Toulouse.
  • Gérard Dastugue, Maître de conférences à l’Institut Catholique de Toulouse.

Pour télécharger la fiche destinée à soumettre votre contribution

Photo credit: Lieven SOETE on VisualHunt.com / CC BY-NC-SA

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

  1. c’est triste de constater que rien n’a changé en phonétique depuis votre article de 1985 (il y a donc 33 ans !) « La phonétique corrective dans un ghetto. Et pourtant »
    cordialement,
    michèle

    Publié le 25 avril 2018 à 17:12
    • Michel Billières

      Vous avez des rappels historiques qui font frémir! C’est vrai que rien n’a beaucoup bougé: la désaffection envers une matière aride et « technique », le manque de travaux de recherches véritablement pertinentes pour les pédagogues, l’incapacité par certains de transmettre le relais aux générations montantes de formateurs… Bref, les raisons ne manquent pas. Bien à vous, Michel

      Publié le 26 avril 2018 à 09:53

Pin It on Pinterest

Share This