Disparition du Professeur Raymond Renard

Rédigé par Michel Billières le

Raymond Renard s’en est allé le 19 mars dernier. Hommage personnel à un géant de la didactique des langues et de la phonétique verbo-tonale qu’il a inlassablement contribué à divulguer et à répandre dans le monde entier par ses livres, articles et conférences.

En cliquant sur la photo, vous accédez à la page wikipedia permettant de connaitre la carrière universitaire de Raymond Renard.

Personnellement, je souhaite partager quelques souvenirs

J’ai connu Raymond Renard par l’intermédiaire de Paul Rivenc au tout début des années 80. Je m’apprêtais  à démarrer un doctorat sous la direction de Paul qui m’a envoyé passer une semaine à l’université de Mons-Hainaut en Belgique. La première de mes innombrables visites dans ce qui était reconnu l’un des foyers européens de la didactique des langues, monté de toutes pièces par Raymond Renard qui avait créé le Centre de Linguistique Appliquée, l’Ecole d’Interprètes Internationaux. Il avait également fondé la Revue de Linguistique Appliquée  (RPA) qui diffusa longtemps les idées du SGAV et de la Verbo-tonale.

Renard était également l’auteur de livres de didactique et de phonétique faisant autorité et cités dans toutes les bibliographies du fle.

Le livre sur la problématique SGAV d’apprentissage de la parole était une référence que les profs et étudiants de fle actuels devraient lire. Il verraient ce qu’était à l’époque une vraie didactique de l’oral face à l’actuel vide sidéral.

L’introduction à la méthode verbo-tonale, toujours cité de nos jours, a formé des générations de professeurs de fle. A première lecture, il peut être jugé difficile d’approche par certains. Mais il est imprégné du génie pédagogique de Renard, vulgarisateur hors pair, rendant passionnante une discipline a priori aride, technique où les zygomatiques manquent singulièrement d’entrainement.

Quant au Landercy et Renard mentionné dans de nombreuses bibliographies de nombreuses années durant, c’est certainement l’ouvrage en français le plus clair et le plus facile d’accès pour une initiation à la phonétique acoustique. Il est dépassé aujourd’hui car lié à la phonétique expérimentale des années 70. Ce qui n’enlève rien à sa puissance didactique.

C’est donc cet homme qui me reçoit, après m’avoir donné directement rendez-vous au restaurant! Un visage affable et souriant, des yeux pétillant de malice, un petit sourire en permanence affiché au coin des lèvres, un bon mot toujours prêt à fuser, tel se présente Raymond Renard. – Et il fera toujours preuve de la même équanimité. Aimable, souriant, positif.

Nous discutons de mon sujet de recherches, la prononciation des russophones apprenant le français (il sera membre de mon jury de thèse). Renard me recevra à plusieurs reprises cette semaine là. Et m’introduira au Laboratoire de Phonétique dont il était le directeur. J’y fais connaissance d’un certain Bernard Harmegnies, jamais très loin de la machine à café fumante. Et je découvre LE Pietro Intravaia directeur des stages d’été qui se déroulent annuellement au mois de juillet pendant trois semaines.

Très vite, Pietro m’invite à rejoindre son équipe des stages d’été. Une ambiance exceptionnelle, avec d’authentiques méthodologues avides de partager leur savoir-faire.

Renard intervient au cours du stage en conférence plénière. Cinq séances de deux heures au cours desquelles il initie les apprenants à la phonétique acoustique. C’est un cours que j’ai suivi plusieurs fois par simple plaisir. Et avec fascination. Quand Renard parle, tout le monde est suspendu à ses lèvres; quand il explique, tout paraît limpide: le phénomène de résonance, les formants, la notion de décibel (dB)… C’est un orateur phénoménal qui subjugue son auditoire.

Un souvenir très fort, datant de 84 ou 85, à l’époque où P. Intravaia faisait tourner des stages accueillant plus de 200 personnes. Renard délivre son séminaire en amphi. A l’issue de la dernière séance, tous les participants se lèvent spontanément pour l’applaudir et l’acclamer. C’est inoubliable.

Renard, c’est également l’homme des synthèses claires et précises. il lui était souvent demandé de présider telle rencontre scientifique ou journée d’études. A l’issue de laquelle il prenait la parole pour dresser le bilan. Un diplomate de premier ordre. Un scientifique exceptionnel.

Je pourrais raconter d’autres anecdotes à propos de Monsieur Renard – je ne me suis jamais résolu à le tutoyer. J’arrête là.

Une grande tristesse mais aussi et surtout une immense et éternelle reconnaissance. Pour toi Raymond, et pour toi Paul parti un an plus tôt le 5 mai. Avoir été votre élève, vous avoir connus est un honneur et un bonheur.

A tous les deux merci du fond du coeur.

Autres témoignages à la mémoire de Raymond Renard

Mon ami Pietro Intravaia a également immédiatement réagi à la disparition de Raymond. Il livre un texte plein d’émotion et de pudeur. Et se propose d’accueillir sur son site les témoignages de personnes ayant connu Monsieur Renard.

 


0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à l'infolettre

afin de recevoir les nouveaux articles du blog

Bienvenue!

Pin It on Pinterest

Share This