Le Français et les langues

Ces derniers jours, plusieurs articles sur l’inaptitude des Français pour les langues étrangères, l’apprentissage simultané de plusieurs langues à l’école, l’état de l’anglais qui pourrait être menacé en tant que langue véhiculaire… Je ne résiste pas au plaisir de vous proposer ce florilège.

Les Français sont de mauvais élèves en anglais.

Est-ce vraiment un scoop? Le niveau de la France reste faible (37ème sur 70), à la traîne par rapport à ses voisins. Le quotidien Les Echos livre les résultats d’une enquête menée au niveau européen.

Un autre article de Focus Campus enfonce le clou en se référant à la même enquête. Il invoque plusieurs raisons. La première est d’ordre phonétique, même si l’explication avancée tendrait à être nuancée; la 2ème est due à notre esprit centralisateur et chauvin défendant le français comme langue nationale. Le 3ème argument est décisif: la façon d’enseigner les langues vivantes en France. Effectivement!!!  L’article avance d’autres arguments également lucides.

Educavox est plus nuancé. Les Français bénéficient de circonstances atténuantes. Des freins historiques d’abord, face à un État centralisateur prônant le monolinguisme. Un complexe face à leur inaptitude avérée en langues se traduisant par l’effet Golem, soit une performance moindre et des objectifs moins élevés sous l’influence d’un potentiel estimé limité par une autorité (parent, professeur, …). L’article avance certains arguments pertinents.

Heureusement, dans l’univers des possibles, les Français peuvent surmonter ce handicap linguistique grâce à…

Quid de l’apprentissage accéléré d’une L2?

Beaucoup de personnes sont impatientes, sinon de maîtriser une langue étrangère, du moins d’en posséder quelques rudiments afin de pouvoir se débrouiller dans des situations de la vie quotidienne.  Les marchands du Temple surfent sur cette tendance (image audacieuse, je vous le concède). Telle école de langue garantit de rapides progrès; l’utilisation d’un logiciel spécialisé permet d’accomplir de véritables miracles;  ou encore un ouvrage appartenant à une collection réputée vous ouvre les portes d’un nouvel univers linguistique.

Le matériel pédagogique repose généralement sur les principes du Béhaviorisme. Soit une progression très lente, très cadrée, censée s’effectuer pas à pas. Mais à un moment, l’apprenant est confronté à une difficulté. Il ne s’y attend pas forcément. Puis à une autre. Le travail solitaire provoque découragement, frustration et démotivation. La plupart du temps, ces outils sont délaissés assez rapidement et prennent la poussière au fond d’un placard ou d’un disque dur.

Le site Thot Cursus revient sur la question de l’apprentissage accéléré d’une L2, véritable serpent de mer de la didactique des langues. Il y consacre deux articles récents.

L’apprentissage précoce à l’école, une solution sérieuse?

La question se traite à deux niveaux.

Tout d’abord, l’apprentissage précoce d’une langue étrangère dans le cadre de l’école primaire. Ce qui pose quelques questions fondamentales: formation et information des maîtres, matériel adéquat, volonté réelle des pouvoirs publics de promouvoir cet enseignement et non poudre aux yeux, effet d’annonce ou gadget électoral… Car on en est encore là.

L’apprentissage bilingue peut donner des résultats probants à condition d’être conduit par des équipes pédagogiques formées à la problématique et disposant de moyens logistiques adaptés (et non d’un discours de circonstance prononcé par tel ou tel personnage politique prônant les vertus de l’interculturalité mais se gardant bien de s’engager auprès des acteurs en leur promettant des moyens décents).

Le fil du bilingue constitue une source de qualité. Le site vient de publier une revue systématique présentant pour la première fois la littérature internationale consacrée à la question de l’apprentissage de plusieurs langues à l’école primaire. Vous avez accès au document pdf en cliquant sur le lien au bas de l’article.

Au fait, et l’anglais dans tout ça?

Langue internationale, mise à mal ça et là par la création de langages mixtes, d’une orthographe chahutée, est-elle ou non en voie d’affaiblissement. L’article ci-après apporte quelques éléments de réponse.

langue drapeaux

Source image: Pixabay

Pin It on Pinterest

Share This