In-former à la phonétique corrective en douceur

Phonétique et douceur… Un appariement improbable. Auquel il ma fallu réfléchir car invité à  animer un atelier lors des AppliFLE 2017 la semaine dernière à Montpellier. Résultats de mes cogitations et diaporama de mon intervention ci-après.

De la douceur avant toute chose…

Les organisateurs des AppliFLE  m’ont proposé l’animation d’un atelier de deux heures sur la correction phonétique. La démonstration devant être effectuée à deux reprises en deux jours consécutifs. Qui dit atelier dit mise en pratique(s). J’ai pensé un moment faire ce que propose lors d’une session d’initiation/de formation: faire une démonstration en direct de pratiques remédiatrices en torturant quelques étudiants étrangers ayant accepté de participer à l’exercice. Ce qui est courageux dans tous les cas car ils sont en permanence exposés aux regards du public. Et sont soumis à une interaction à risques avec des règles du jeu particulières dont ils ne maîtrisent pas les modalités. L’enseignant-praticien est également confronté à une situation particulière. il lui faut réagir instantanément à un énoncé comportant plusieurs productions sonores erronées -en principe-, décider sur quel élément va porter sa correction, enchainer éventuellement différentes procédures sans jamais se départir d’une attitude « bienveillante » -pour reprendre le mot à la mode depuis quelques mois-. La figure suivante illustre les points sollicités en permanence durant l’action de phonétique corrective:

Lors de toute remédiation , il faut...

Comment faire passer tout cela en deux heures? Le public assistant à l’atelier est majoritairement composé de profs et d’étudiants de fle. Il est motivé a priori sinon les gens auraient fui à la simple lecture du titre. Animer une séance d’une 30aine de minutes ne pose guère de problèmes mais risque ensuite de m’entrainer dans une discussion pouvant aller dans plein de directions. Or, j’ai un message à faire passer. Celui d’intéresser à la phonétique corrective, de tenter d’éveiller la curiosité ou mieux le désir de plonger dans cet univers si particulier de l’enseignement d’une L2, pouvant à la fois exercer fascination et inquiétude. Tant le professeur se sent démuni et impuissant pour intervenir sur les problèmes de prononciation de ses élèves. Et je ne sais absolument pas quel est le degré d’in-formation des personnes présentes. Mais j’ai ma petite idée, fondée sur une expérience de (censuré) années.

D’où mon choix de présenter la problématique de l’enseignement de la prononciation comme suit:

Ce diaporama se situe dans la lignée d’un autre document présenté dans le blog il y a quelques mois: comment intervenir en phonétique corrective fle auprès de publics de formateurs novices en la matière? Surtout, ne pas les effaroucher ou écœurer en favorisant l’aspect technique d’emblée. Mais les intéresser d’abord aux enjeux. Vous retrouvez cette présentation dans ce billet:

AppliFLE 2017, un lieu de douceur dans ce monde de brutes.

Ces deux jours à l’initiative de LCFF Magazine ont été marqués par une ambiance pleine de sérénité.  Il est extraordinairement rafraichissant de se retrouver avec des jeunes gens dont certains ont créé une structure d’enseignement, d’autres un blog pour la promotion du fle. Ils ont tous en commun d’être passionnés, enthousiastes, d’adorer leur travail malgré les conditions précaires dans lesquelles il s’y adonnent: faibles, salaires, précarité, emplois du temps à rallonge… C’est un authentique plaisir que de lier connaissance avec des personnes passionnées par les questions d’enseignement/apprentissage du fle, d’échanger avec elles dans un climat détendu et amical, de sentir que des prolongements sont possibles, des collaborations envisageables… Quelle différence avec le monde institutionnel du fle! Mais voyez plutôt le « reportage » suivant, effectué à chaud:

Moment d'échange et de convivialité en FLE

…ainsi que quelques photos:

Et si vous avez envie de voir tout plein de photos témoignant de la qualité de cet événement, c’est par ici!

Photo credit: Wolfgang Staudt via Visual HuntCC BY

Pin It on Pinterest

Share This